arpitan.ch & francoprovencal.ch

Sens tués des arpitans (patouésans) tot u tôrn du Mont-Blanc !

Accueil > Docs > Tèxtes en ORB arpitanna > Calende ou calendes /Tsaouinde/ f.sing. ou f.pl.?

Calende ou calendes /Tsaouinde/ f.sing. ou f.pl.?

lundi 23 décembre 2013, par Dzakye

La confusion vent probablement du latin mémo.
Por parlar du premiér jorn du calendriér romen,
les Romens désévont : cǎlendae, -ārum
que l’est un plurièl.

Les anglês l’ant prês ceti mot u plurièl :
"cal•ends also kal•ends (klndz, klndz)
n. pl. calends also kalends
The day of the new moon and the first day of the month in the ancient Roman calendar.
[Middle English kalendes, from Latin kalendae ; see kel-2 in Indo-European roots.]"

Trovâ sur : http://www.thefreedictionary.com/calends

En francês n’on trôve sur la têla lo fôrma plurièl asse ben :

Les calendes
(en latin archaïque : kǎlendāī, -āsōm ; en latin classique : cǎlendae, -ārum)
étaient le premier jour de chaque mois dans le calendrier romain, celui de la nouvelle lune quand le calendrier suivait un cycle lunaire (années de Romulus et de Numa Pompilius)

Ce jour-là, les pontifes annonçaient la date des fêtes mobiles du mois suivant et les débiteurs devaient payer leurs dettes inscrites dans les calendaria, les livres de comptes.

Pour rendre honneur au dieu Mars et surtout pour faire correspondre le calendrier lunaire avec le cycle solaire, dix jours de fête, les calendes de Mars, sont organisées en fin d’année. Cette durée est réduite à 8 jours plus tard.

Èxtrêts de : http://fr.wikipedia.org/wiki/Calendes

Cen corèspond u latin, yaoue (yô) lo mot ére un plurièl, mémo sè signifiâve ren qu’un jorn.

Ceta conta m’at sembla èspèciâla et pas adrét logica.
Adonc j’é siu les rèfèrences que sont baliêyes sur la pâge en étalien
http://it.wikipedia.org/wiki/Calende .
D’ense n’on trôve un document qu’èxplique en anglês coment n’on pôt calcular cen que vôlont dére "calendas", "nonas" and "idus" que éront tués des jorns de féta.

http://books.google.ie/books?id=RGUJAAAAIAAJ&pg=PA191&dq=%22the+three+following+latin+verses%22#v=onepage&q=%22the%20three%20following%20latin%20verses%22&f=false

Lé n’on pôt vêre que les "calendae" éront pas ren que le premiér jorn du mês, mas TUÉS les jorns DÈVANT lo "calendae" vèritâblo ! Coment pôt-il sè fére ? Et ben, les Romens calculavont les jorns a ridevèrse (a revèrs, a l’envèrs). Ils comptavont les jorns que sobrâvont (rèstavont) tant qu’u jôrn de "chalendes"

"It must be observed that the Romans counted the days backwards ; alwas decreasing, and that they gave the name of (...) calends to those days which remained between the ides and the end of the preceding month" = of the month preceding ’calendae’

Adonc lo 25 de mê l’est lo huét des chalendes de juen, cen vôt dére ’dèvant’ les chalendes de juen.

"Thus, for example, to find to what day of the Roman calendar the 25th of May correspond, it is first to be observed that it belongs to the calends, since it is between the ides of May and the calends of June. (...) The 25th of May corresponds to the 8th of the calends of June ; that is to say, the 25th of May among the Romans was called octavo calendas Junii."

Por mè, cen l’est pot-étre l’origine du plurièl du latin. En fét, ’chalendes’ ére pas franc ren qu’un jorn ! En èfèt, tués les jorns entre ’idus’ et ’calendae’ l’ant lo nom ’calendae’ !
Por mè, cen pôt èxplicar porquè un jorn solèt l’at un nom u plurièl.

En francês, lo nom ’calende’ pôt étre singulièr asse ben !
Adonc, les enformacions que n’on trôve sur la têla sont contradictouéres.

’Calende’ pôt étre emplèyê por parlar de la novèla luna (coment vèrs les Romens),
ou por parlar du chant de chalende :

(Vieilli) Jour de la néoménie, jour de la nouvelle lune.

Ainsi le premier jour de chaque mois, c’est-à-dire de la néoménie ou première apparition de la lune, était appelé calende, du verbe καλέω, et alors on faisait un sacrifice solennel à Junon. — (Charles Louis Fleury Panckoucke, Œuvres complètes d’Ovide, 1834)

Mais, au moment où Guillaume parle, on n’était ni loin ni près de la calende, on était le jour de la calende. — (Charles Victor Langlois, La vie en France au moyen âge, 1925)

Chant

Elle chanta encore la calende la veille de Noël, malgré nos plus vives représentations pour l’en empêcher. — (Chroniques de l’ordre des Carmélites de la réforme de Sainte-Thérèse depuis..., 1861)

Quoi qu’il en soit, Bruère rencontrant Sorgo à Paris aux environs de la Noël de l’année 1820 éprouve le besoin de lui chanter une calende et ce petit poème est tellement farci de souvenirs ragusains que l’éditeur a cru devoir... — (Académie des inscriptions & belles-lettres (France), Institut de France, Journal des Savants, 1915)

Èxtrêts de : http://fr.wiktionary.org/wiki/calende

En rèsumê, il semble que l’est logico de nomar quârque chousa de singuliér avouéc un mot singulièr. Adonc se nos parlens de ren qu’un jorn porquè pas dére lo jorn de chalende u singulièr feménin. L’est pot-étre a côsa de ceta sôrta de logica que lo francês et cèrtènament quârques dialèctos arpitans empléyont lo singulièr por parlar de ceti jorn de féta.

Mas por parlar de totes les fétes de chalendes, il semble logico de gouardar
lo plurièl ètimologico que indicave un part de (quârques) jorns. Cen l’est dens la méma logica que por parlar des diéx jorns de féta de "chalendes mârs" u plurièl.

Pot-étre que n’on pôt semplament dére que les chalendes sont totes les fétes que n’on pôt fétar lo jorn de Chalende ou tandiu (pendant) tués les jorns de Chalendes.