arpitan.ch & francoprovencal.ch

Sens tués des arpitans (patouésans) tot u tôrn du Mont-Blanc !

Accueil > Docs > Tèxtes en ORB arpitanna > Andri Languièr (André Lagger) - Patouès de l’ancian Lens : La vouê dou coûr - (...)

Andri Languièr (André Lagger) - Patouès de l’ancian Lens : La vouê dou coûr - ORB : La vouèx du côr

mercredi 25 décembre 2013, par Dzakye

Èxtrêts : Lètra A

Èxtrêts : Lètra B

La vouê dou coûr

A - Améc

Ya pâ ôna ròta tra lônze can t’â ôn améc ârràn dè tè.

Ouroù dô j’améc quié ch’eintèinjôn proú por la bocliâ enséimblio.

Lè j’améc chôn la fameúlye q’ôn chè chêr.

Can ôn chè lànmè bén, ya tozò prou dè pliàche.

Aprèin a eimplièyè lè tchioûjè è a lanmâ lo môndo, ein pliàche dé lanmâ lè tchioûje è einplièyè lo môndo.

Le vén ya ôn bôn fliâ quôn chein ein bèyèin, lè j’améc ôn bôn fliâ qu’ôn chein ein trénquèin.

Tan quié tô charé ouroù, t’aré prou d’améc.

 

 

B - Bonoûr

Le bonoû yè pâ ôn louè ànvoueu t’arréivè, yè h’ôna maniëre dé voyaziè.

Le bonoûr yè d’aï d’aï einveúde dè chein qu’ôn a dèjià.

Le bonoûr yè tot chein qué arréïve èntre dàvoue j’aimmèrdè !

Le bonoûr yè dein l’ârma, bén mi quiè dein lè tchioûjé.

Le bonoûr, comèin lo fourtén, tsàndzè tsëquiè zor dè fasse.

Ouâgne lo bonoûr dein lo tsan dou vején, tô charé chorèpri dé vîrrè chein quié le chéc farè produéirrè ou tchiò.

Le bonoûr yè pâ gràn tchioûja, yè mètrè d’ôn lâ lo chiagrén.

Hléc qué yè néchôp ein einfêr, chè crit ou paradéc.

Yo, t’é rècognôp quiè ou brôéc quié t’â fét ein partechèin.

 

La vouèx du côr

A - Ami

L’at pas una rota (via, vie) trôp longe quand t’as un ami a ryon (tot prés, prôcho) de tè.

Herox (sont) doux amis què s’entensont (s’entendont) por la boclar (sè quésir) ensemblo (a côp).

Les amis sont la famelye qu’on sè chèrt (chouèsit).

Quand on sè l’anme ben, l’at tot-jorn prôd de place.

Aprends a emplèyér les chouses et a l’anmar lo mondo (la gent, les gen(t)s), en place de l’anmar les chouses et emplèyér lo mondo.

Lo ven l’at un bon fllâr (fllât, odor) qu’on sent en bèyent, les amis un bon fllâr qu’on sent en trinquent.

Tant què te seras herox, t’arés prôd d’amis.

 

B - Bonhor

Le bonhor l’est pas un louè yaoue (yô) t’arreves, l’est una manière de voyajiér.

Le bonhor l’est d’avér envéde (envéye, enveya, envionge) de cen qu’on at dejâ (ja).

Le bonhor l’est tot cen qu’arreve entre douves emmèrdes.

Le bonhor l’est dens l’ârma (âma), ben més (plus) que dens les chouses.

Le bonhor, coment le fôr-temps, change châque jorn de face.

Vouagne lo bonhor dens lo champ du vesin, te serés surprês de vêr cein que le sês (le sôfflo) farat produère (produire) u tiô.

Le bonhor l’est pas grand chousa, l’est mètre d’un lât (d’un biés, de coutâ) lo ch.agrin (chagrin, mâl-ben)

Cél que l’est nècu (nèssu) en enfèrn, sè crêt u paradis.

Yo, t’é rècognu (j’é rècognu tè) (ren) qu’u bruit que t’as fét en partessent (partent, modent, t’enmodent, apèlient via).